Police, championne dans la récolte de fonds dans la province du Sud-Kivu

« Nous sommes engagés à maximiser les recettes du trésor public pour que la reconstruction de notre pays soit effective » C’est en ces termes que s’exprime l’Inspecteur Principal Provincial de la Police Nationale Congolaise au Sud Kivu sur les ondes de la Radio nationale Congolaise RTNC/Bukavu.

La Direction Générale des Recettes Administratives et Domaniales (DGRAD) venait de publier quelques jours plus tôt un communiqué félicitant le travail des services sous son contrôle en matière de recettes. La Police est félicitée particulièrement pour avoir réalisé 51 millions des francs Congolais (environs 72.857 dollars américains) pour l’année 2008.

Selon le numéro un de la police au Sud Kivu, ces recettes proviennent des amendes transactionnelles, des taxes de gardiennage ainsi que des taxes de délivrance des documents attestant la perte des pièces de bord.

Alors que tueries, pilages, viols et assassinats sont devenus des détails, dont on parle presque avec le sourire dans la province du Sud-Kivu, je suis bien tenté de me poser la question de savoir quel est le vrai rôle de la police. Générer des revenus pour les caisses de l’état ou protéger les personnes et de leurs biens ?

Je crains que cette officialisation du business du policier qui rançonne la population ne vienne aggraver la situation qui est déjà assez difficile comme ça…

This article has 2 comments

  1. Alex Engwete Reply

    Belle photo et thème à l’ordre du jour au vu des tracasseries policières qui étouffent les initiatives entrepreneuriales au Congo…

    Ces flics sont si plongés dans la maximalisation des recettes qu’ils en perdent leur grammaire française — ajoutant sur leur banderole un « s » au mot « ensemble » qui est ici un adverbe et non un substantif comme dans la « théorie des ensembles » en mathématiques !

    Il semble que rien ne change au Congo. Dans ce cas d’espèce, c’est la même procédure utilisée par les gangsters armés de Léopold II pour maximaliser la récolte du caoutchouc de la période du génocide oublié du « Caoutchouc rouge » ! Les taxes et les impôts ne sont pas une entreprise d’extraction. Ils doivent être réinjectés et réinvestis dans la société pour le bien public : sécurité, hygiène, cantonnage, etc. Or vu l’état de l’insécurité dans laquelle vivent les populations des Kivu, je ne vois pas pourquoi ces populations continuent à se soumettre à ces taxations arbitraires. La révolution américaine avait commencé par un refus de paiement des impôts arbitraires.

  2. tongo etani Reply

    C’est hilarant, la police n’a pas pour rôle de maximiser les recettes, la police protège les biens et les personnes.

    C’est le rôle de l’Administration fiscale pour la maximisation des recettes de l’Etat.

    Prof.tongo etani

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *