Au Congo, manifester pour soutenir tel ou tel autre homme politique est autorisé et encouragé mais se rassembler pour essayer de revendiquer ses droits les plus élémentaires peut vite devenir un danger de mort.

Illustration : Luba

This article has 1 comment

  1. guy Reply

    je bénis le seigneur pour cette opportunité qu’il me donne aujourd’hui, de pouvoir intervenir sur des sujets délicats de mon pays, via ce blog. salutation à tousle lecteurs! j’ai toujours dis que personne ne naît avocat, docteur, enseignant, militaire, politicien, journaliste, checheur;… très souvent, on dévient ce qu’on aspire dès son jeune âge. et cela dépend beaucoup de l’ éducation et de l’orientation qu’on a réçu de sa famille, de l’école, aussi et très souvent de l’influence que la socièté a pu avoir sur la personne. il y a des métiers qu’on fait faute de mieux, ou par ce qu’il faut ramener la bouffe à la maison; si on est motivé par ces élèments, et que le coeur n’y est pas, c’est claire qu’on travailera d’une manière mécanique, machinalement, et si notre socièté se permet de fomer les machines à obeïr au doits et à l’oeil, c’est par ce que le congolais ne veux pas connaître ses droits, et ne sais que pour obtenir certaines choses, il faut se battre, non avec des coups de points, ou des armes, mais par des révendications, des manifestations pacifiques, c’est un droit inalliénable. si ces policiers avaient au moins la connaîssance de la constitution congolaise, qui stipule que nul n’est au dessus de la loi, ils désobeïraient à ces ordre, d’où qu’ils viennet. quand je regarde les images du congo, c’est toujours via une chaînes étrangères, comme si au congo il n’ y avait pas des jounalistes!!! celui qui fait le bien n’a pas peur de voir ce qu’il fait étalé au vu et au su de tous; c’est toujours celui qui fait le mal qui a peur que la vérité éclate au grand jour. c’est domage que l’armée et la police servent le pouvoir, au lieu de servir le peuple, et par dessus tout l’interêt de la nation, en rétablissant l’odre, et la paix. ici en europe, et plus précisement en france, même les policiers manifestent, afin d’améliorer leurs conditions de travail, de vie, bref quand il y a un ça ne va pas. pourquoi au congo la presse internationale a la liberté d’exercer que la presse locale n’a pas? l’autorité publique fait-elle plus confiance à la presse internationale qu’à la presse congolaise? comme dit-on: les linges sales se lavent en famille! les congolais doivent avoir la liberté d’expréssion, non seulement pour ce qui fait plaisir, mais aussi, et surtout pour des sujets qui fachent. le pouvoir est quelque chose qui n’appartient à personne, dans la forme, comme dans le temps, c’est juste un prêt, et le mendataire c’est le peuple.( quelqu’un a dit: si vous me confiez la direction de votre entréprise, avec ma vision, et qu’on travail ensemble, on fera plus de bénéfices, et tout le monde aura son compte; les salariés lui confient le poste, pour un temps limité, espérant vivre dans la transparence, ce qui n’était pas le cas, et après avoir constaté des anomalies, l’employé fût bailloné pour que les autres salariés restent dans l’ignorence totale). comme dit le seigneur: mon peupe périt faute de connaîssance. Dieu nous a créé libre, mais ne faisons pas de cette liberté un pretexte de vivre comme des pécheurs. que la paix du seigneur que le monde ne peut donner remplisse les coeurs de tous les congolais.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *