Goma : Maleck, étudiant

Goma : Maleck, étudiant

« Je ne comprends pas à quoi joue le gouvernement. Il y a à peine quelques jours, le chef d’état major général des FARDC a affirmé ne pas être au courant de l’entrée des éléments Rwandais dans notre pays. Peu avant lui, c’était Vital Kamhere, président de l’assemblée nationale qui se disait surpris. Personnellement je garde un très mauvais souvenir des antérieures présences de troupes Rwandaises au Congo. En 2003, j’ai été sérieusement battu par un militaire rwandais, simplement parce que j’avais refusé de dégager des pierres placées en barricade sur la route après des manifestations de protestation par rapport à leur présence. Maintenant, nos dirigeants les laissent revenir, je ne comprends rien. »
—————————————————————————————————————————————————————

Kisangani : Samuel Atayaka, gardien dune ONG locale

Kisangani : Samuel Atayaka, gardien dune ONG locale

« Ça doit faire la quatrième fois que les troupes rwandaises entrent en RDC. Elles sont venues d’abord avec l’AFDL et elles sont arrivées jusqu’à Kinshasa en 1997 en laissant derrière elles les FDLR dans les provinces du Nord et Sud-Kivu. Ensuite, elles sont revenues avec le RCD en 1998 et ont occupé les provinces où se trouveraient les FDLR sans pour autant les neutraliser. Lors de la chute de Bukavu entre les mains de Laurent Nkunda et de Jules Mutebusi, elles étaient encore là. Récemment, elles ont été aux côtés du CNDP de Laurent Nkunda dans certains territoires du Nord-Kivu. Mais, les FDLR ne sont toujours pas neutralisées. Cela démontre clairement que l’armée rwandaise, chaque fois qu’elle entre au Congo, ce n’est pas pour traquer les FDLR mais bien pour une autre raison: exploiter nos richesses. »
—————————————————————————————————————————————————————

Bukavu : Chantal Sibazuri, étudiante

Bukavu : Chantal Sibazuri, étudiante

« Je suis étonnée comme tout le monde d’ailleurs que notre gouvernement a accepté ce retour des Rwandais chez nous. C’est vrai, tout le monde veut que les Interahamwe retournent dans leur pays, mais ce qui est grave et qui étonne c’est qu’aucune mesure n’ait été prise pour sécuriser la population. Les autorités devraient informer la population et la prévenir de cette entrée. Le gouvernement devait ensuite déplacer les populations qui vivent dans des coins occupés par les Interahamwe vers des territoires plus sécurisés. Comme toujours, là où deux éléphants se battent, c’est l’herbe qui souffre. La population sera encore massacrée et les femmes violées. C’est sûr que les FDLR vont réagir et c’est sur la population qu’ils se vengeron. Les jeunes seront encore une fois recrutés de force et soumis à l’esclavage. Nous devons avoir une armée qui soit capable de défendre l’intégrité du territoire et pour cela il faut mettre les militaires dans des bonnes conditions de vie et de travail. Et enfin, il faut la communauté internationale qui a fait enter ces Hutus au Congo s’implique encore pour les faire retourner chez eux sans verser le sang des congolais. »
—————————————————————————————————————————————————————

Kisangani : Taorin, chômeur

Kisangani : Taorin, chômeur

« Je crois que cette nouvelle entrée des troupes rwandaises au Congo a été décidée très loin, en Occident, peut-être par OBAMA, le nouveau Président des Etats Unis d’Amérique. Tenez, 4 jours avant son investiture, les rebelles du CNDP déclarent la fin de la guerre. Le jour de sa prestation de serment, les troupes rwandaises entrent au Congo pour traquer aux côtés des FARDC les FDLR; c’est une nouvelle donne. Même certaines autorités congolaises comme le Président de l’Assemblée nationale, le Chef d’Etat major des FARDC ont avoué ne pas être informées de ce qui se passait. Je souhaite que pour cette fois-ci, l’opération conjointe aboutisse et que le Rwanda et la RDC, condamnés à vivre en voisinage, enterrent finalement la hache de guerre car le sang des Congolais innocents a trop coulé depuis 1996. »

This article has 7 comments

  1. anneet jacques Reply

    1) Les Rwandais sont à nouveau au Congo et il le faut bien car les FARDC sont incapables de remplir leur rôle: mettre hors d’état de nuire les FDLR. C’est exactement la même chose dans la Province Orientale où les forces armées ougandaises sont bien obligées de remplacer les FARDC dans la lutte contre la LRA; mais de cette dernière rébellion on parle fort peu; bien évidemment elle concerne d’abord l’Ouganda mais elle s’attaque aux populations civiles congolaises de Faradje et de Dungu.

    2) Je vous invite à consulter mon blog: http://annee tjacquesmarcel.lalibreblogs.be/.
    Je viens d’y écrire une note sur la petite manifestation du 17 janvier dernier devant le siège du MR à Bruxelles. Vous pouvez y faire toutes vos remarques et commentaires

  2. franck baku Reply

    C’est tout de même stupéfiant cette nouvelle entrée même « officielle » des troupes rwandaises en RDC. Cette opération est entourée de trop de zones d’ombre pour être crédible. A-t-on en outre pensé aux dégâts collatéraux que provoqueront les combats qui pourraient être engagés contre ces fameux FDLR s’ils refusaient d’être désarmés? Bien plus, combien sont-ils ces troupes rwandaises? Pourquoi le porte-parole du gouvernement les qualifie d’unités de renseignements? A-t-on besoin de 5000 soldats lourdement armés pour observer une opération de désarmement des FDLR. Tout n’est donc pas clair dans cette affaire. Prions tout de même qu’elle se termine sans conséquence fâcheuse pour nos frères du Nord-Kivu.

  3. Boyel Reply

    En autorisant les criminels Kagame et Museveni à faire de notre pays un boulevard, un terrain de chasse, les autorités congolaises de la tête jusqu’en bas ont prouvé leur légèreté, incompétence et irresponsabilité. Ils le font sans même l’accord du parlement (assemblée et sénat). Le Chef d’état Major général des arméees n’est même pas informé.

    Pour ma mart, je doute fort qu’on livre Nkunda aux autorités congolaises car il connait beaucoup trop de secrets. Le peuple congolais ne doit pas se réjouir de l’arrestation de Nkunda car au moment ou on l’arrête, on le remplace encore par un autre le fameux Bosco Ntaganda. Ce dernier déclare réintégrer notre armée, mais c’est pour être l’œil de Kigali chez nous, pour protéger les intérêts de Kigali, pour faire un travail de sabotage à l’intérieur de nos structures de nos forces armées et autres institutions.

    Nkunda ayant été grillé, on le remplace par Bosco, on simule une arrestation. Je dois vous rappeler ici les paroles de Kagame en septembre 2008, lors d’une interview au journal Le soir, alors qu’il s’en était pris aux autorités congolaises. Il déclarait avoir dit au chef de l’état congolais à New York à peu près ceci : Même si Nkunda disparaissait il y aura d’autres Nkunda qui se lèveront et le problème d’instabilité à l’Est de la RDC ne serait pas résolu.

    Le peuple congolais doit ouvrir l’oeil et le bon.
    L’heure est grave et il faut que le peuple se lève pour mettre fin à se désordre (avec ce que cela comporte comme conséquences)… Je laisse à chacun le soin d’imaginer tout bas ou tout haut ce que l’on doit faire.

    Le Président F.D. ROOSEVELT a dit lors du discours de son investiture: « La seule chose dont il faut avoir peur c’est la peur elle même ». Il me semble que le peuple congolais doit apprendre à méditer et à intérioriser cette pensée. Car en le faisant, il apprendra à l’instar des autres peuples du monde à se battre pour ses droits fondamentaux, au lieu d’attendre que les autres (UE, USA) le fassent à sa place. Il sortira de cette espèce de léthargie et de résignation qui font qu’il attend que Dieu fasse tout à sa place (Nzambe akosala), même ce qu’il peut faire. Lève toi peuple congolais, fait ta part et Dieu fera la sienne.

    Extrait de l’article du SOIR du 06 septembre 2008 : « Le président Kagame à coeur ouvert » de Colette Braeckman.

  4. simon kwete Reply

    Tout ce que je régrète est que les Congolais votent un petit tricot et dix dollars américain. Conséquence, trois quart des politiques qui avaient conçus, planifié, implanté et servi le MPR avec son cortège des malheurs sont révenu aux affaires dans notre pays. Faire partir un simple gouverneur, même si les preuves du détournement des salaires des enseignants est visible, se complique. Des agents payeurs détournent les primes des militaires et sont impunis. Le Mobutisme en tant que système existe toujours et devient difficile à éradiquer du moins pour le moment.Il nous faudra encore un peu de temps.
    Cette décision de donner un visa d’entrée à l’armée rwandaise en RDC, découle des erreurs des Congolais d’élire les biens matériels et non les idées des candidats.

  5. Alex Engwete Reply

    Pour reprendre la formule des trois mots prisée par les Américains, je dirais: trois mots résument ce développement : opacité, opacité, opacité !

    Sans vouloir me dédire, j’ajouterais ceci : Bouboul, le « leki » de Goma ainsi que tous les habitants du Nord-Kivu se réjouissent certainement de la fin de cette guerre insensée. Si la collaboration militaire entre la RDC et le Rwanda est suivie par une paix durable, un échange diplomatique et économique équilibré, on ne peut qu’applaudir cette initiative.

  6. gecko Reply

    Bien sûr que tous ceux qui suivent l’actualité du Kivu ne comprennent pas. L’armée va et vient sur le territoire de la RDC. Ce qui est choquant dans l’histoire c’est de voir qu’en l’espace de quelque semaines, les rwandais qui soutenaient le rebelle Nkunda font des opréations conjointes de chasse aux rebelles hutu pour les uns et tutsi pour les autres…

    Manfestement l’idée doit être télécommandée par des pressions extérieures. Les USA, la chine et j’imagine qu’il y a eu une série d’accords et de pactes secrets… Je devine que la visite du Ministre Tambwé au rwanda, la disgrace de Nkunda, la relaxe de Rose Kabuyé, le silence du président Kabila, l’ONU qui bafouille sur le sujet, les remarques de Karel de Gutch… Tous ces éléments réunis dans l’ordre chronologique démontrent en mon sens qu’il y a eu un marché qui devait aboutir avant l’arrivée d’Obama l’africain, Obama le critique, à la tête du monde ….

    C’est un avis perso…

  7. aaghakor Reply

    Depuis un laps de temps je ne vis plus dans ce pays mais la situation a Kivu m`agace. Je me demande quelle puissance importante se dissimule derrière ces guerres. Peut-être si les fils de dépendance n`allaient pas jusqu’en Occident et jusqu’à la grande financière on pourrait éviter le conflit. Mais tout homme avide du pouvoir et avide des richesses de cette région oublie son aspect humain. Ce qui se passe au Kivu est une honte autant pour les autorités locales que pour l’ONU ainsi que pour tous les exploiteurs de ces mines baignées du sang.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *