Minorité, cheval de troie

L’est de la RDC demeure le ventre mou du territoire national. Depuis plus de 10 ans, les provinces du Nord et du Sud-Kivu sont le théâtre de conflits armés récurrents. A chaque fois,le scénario est (presque) le même. Des individus « non autrement identifiés » déclenchent les hostilités pour défendre la minorité tutsi qui serait menacée par les combattants Hutus Rwandais (FDLR). Après ceux-ci mutent en « libérateurs du Congo » et ne déposent les armes que lorsque leur sont ouvertes les portes du gouvernement central.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *